COJEP Saint-Etienne, reconnaissance institutionnelle de la mobilisation citoyenne

Publié: janvier 16, 2013 dans Egalité, Discriminations

Le COJEP Saint-Étienne (Conseil pour la Justice, Égalité et la Paix) est une association à l’histoire quelque peu atypique qui mérite d’être présenté ici dans notre démarche de comparaison et de compréhension des pratiques dites communautaires et celles dites associatives. C’est l’illustration de la capacité des citoyens à s’organiser et à se mobiliser pour devenir une véritable institution qui pèse dans les décisions, à différents échelons, au local comme à l’international. C’est l’histoire de quelques jeunes qui jouent ensemble au foot à Belfort à la fin de années 80, qui donneront naissance à une future ONG internationale, présente dans 15 pays européens, œuvrant autour des thèmes de la citoyenneté, de la démocratie, de la promotion de l’égalité à la lutte contre les discriminations.

« Histoire du COJEP

Le mouvement cojépien est né autour d’activités destinées à la Jeunesse en 1985 sous l’impulsion de l’Association des Jeunes Turcs de Belfort. En compagnie d’autres associations culturelles ou sportives du Grand Est de la France, s’est crée en 1989 la première Fédération regroupant des jeunes issus de l’immigration de Turquie. Cette fédération destinée à accompagner les besoins culturelles, religieux ou sportifs des jeunes s’est transformée avec l’Assemblée Générale de 1992 en COJEP France (Conseil de la Jeunesse Pluriculturelle).

Ce fût les premiers temps de la réflexion sur l’identité, l’intégration et la citoyenneté. En 1995, le siège de COJEP France rejoint la capitale européenne et s’installe à Strasbourg. Désormais le mouvement se consacre essentiellement aux problématiques de l’avenir en France avec des réflexions plus thématiques autour de la citoyenneté, de la participation, du racisme, de la vie dans les cités, de l’éducation ainsi que de l’organisation des colonies de vacances. C’est aussi le temps de l’ouverture à la cité et des partenariats locaux.

A partir du début des années 2000, la construction européenne s’inscrit comme une perspective importante pour le mouvement et COJEP France se transforme en COJEP International. Dès 2003, l’organisation doit répondre à de nombreuses demandes de partenariats à travers toute l’Europe. L’acquisition des statuts auprès des organisations intergouvernementales comme le Conseil de l’Europe, les Nations Unies ou l’UNESCO finie par conforter la vocation européenne de COJEP International qui œuvre désormais dans les domaines des Droits de l’Homme, de la Lutte contre le Racisme et les Discriminations, de la Démocratie, de la Citoyenneté, de la Jeunesse, du Vivre Ensemble et du Dialogue Interculturel. COJEP International est devenu un partenaire clé pour l’OSCE comme pour l’OCI ou le Parlement et la Commission Européenne à travers son réseau présent dans 15 pays européens. Le mouvement regroupe différentes organisations travaillant dans des domaines précis comme le Centre de Recherche de COJEP, COJEP Univ qui regroupe les étudiants, le Centre Art et Culture de COJEP ainsi que la Maison Cojepiénne d’Art et Culture.

COJEP International, une ONG internationale qui opère dans 15 pays dans le domaine des Droits de l’Homme, de la Jeunesse, la Démocratie, la lutte contre le Racisme et les Discrimination et la Citoyenneté, vise à approfondir la discussion sur la place des minorités dans les pays européens pour construire une société plus solidaire dans le cadre d’une Europe Nouvelle… »

Ressources:

http://www.cojep.com/apropos.php

president cojep

Le président de l’association stéphanoise, Mr COLAKOGLU AYVAZ nous a reçu afin de nous expliquer sa vision de l’action associative, en jouant le jeu de la comparaison avec l’action communautaire. Nous lui avons donc soumis une liste de critères caractéristiques de ce type d’actions, afin de mieux appréhender ressemblances et dissemblances:

« Conscientisation :

Elle est un des aspects importants de nos démarches, l’éveil des consciences, permet de se poser des questions qu’on ne se posait pas et ainsi agir en conséquence. Je pense notamment à nos actions de lutte contre les discriminations dites raciales ou ethniques où la sensibilisation est une de nos priorité, aussi bien pour les habitants que pour les institutions. Je pense aussi aux valeurs que nous essayons de transmettre aux générations qui se suivent, en l’occurrence celles de la citoyenneté et de la démocratie.

Local :

Une dimension locale correspondant à un territoire bien défini permet de ne pas se noyer dans la démesure. Il faut garder une échelle raisonnable pour rester cohérent et permettre des évolutions positives sur le terrain concerné.

Spontané :

L’adhésion spontanée à un projet, à l’association, est quelque chose de nécessaire voire de vitale, les gens sont libres de venir, il n’y a pas de contraintes. Il faut avant tout croire en quelque chose pour que les personnes adhèrent, c’est pourtant une vraie difficulté pour les associations aujourd’hui. Nous sommes tous bénévoles dans cette antenne stéphanoise du COJEP, il n’y a pas de salarié comme dans certaines structures. Notre présence sur le terrain dépend donc de cette spontanéité.

Concertation :

Nous nous réunissons une fois par semaine, on parle de l’état des projets, des idées, des améliorations envisageables. C’est à l’ensemble du groupe d’élaborer les actions à venir ou en cours. Les décisions se prennent « ensemble ».

Issu de la société civile :

C’est le cheval de bataille de nombreuses associations et entre autres la notre, la société civile doit être capable d’agir sur l’action publique, on doit etre assez avisé pour agir sur des décisions qui pourraient etre prises à notre insu. Il y a différents biais, en particulier institutionnels ( Répondre à un appel à projet par exemple, certains événements aussi ou associations sont plus financés que d’autres). Il peut donc il y avoir des interférences avec les objectifs de la société civile, il faut jongler avec, l’indépendance réelle est compliquée, il y a des enjeux politiques et économiques, il faut être assez avisé pour être en bon terme avec les insitutions, on est « La Société », il faut savoir présenter les choses et faire avec les tracasseries du système. Il faut que ces personnes prennent conscience du problème et qu’ils trouvent des solutions, il y a des aléas et il faut être diplomate.

Autonomie décisionnelle :

Ce critère pose la question du soutien et des financeurs, il faut adhérer à un projet global, ne pas sortir des lignes rouges, et à l’intérieur, cela permet de mettre en place nos projets. Avoir des prérogatives qui descendent, c’est bien, il en faut mais il faut garder de l’autonomie pour faire les choses que l’on souhaite réaliser au niveau local.

Processus de décision interne démocratique impliquant les usagers :

Il est fondamental de « faire ensemble », pour impliquer un maximum de membres, permettre de s’épanouir, essayer d’autres choses à travers « la vie citoyenne ». Être impliqué dans la décision c’est être reconnu, c’est exister à part entière dans l’action et c’est à mon sens la plus juste façon de trouver un équilibre chez les co-acteurs de notre association.

Les acteurs sont les bénéficiaires de l’action :

Il est, à mon sens, difficile de faire des actions qui ne touchent que les membres de l’association, nos projets ont vocation à toucher un plus large public que les adhérents uniquement. La portée de nos actions reste locale mais pas exclusive.

Non lucratif :

Une association comme la notre n’est pas une entreprise, on ne fait pas de profit, nous ne sommes pas là pour ça, mais il faut un équilibre sur nos comptes. Nos projets peuvent rapporter de l’argent: imaginons qu’il s’agisse de l’organisation d’un concert, on peut avoir des bénéfices, mais qui serviront à payer les frais courant de l’association. L’argent peut aussi être remobiliser dans d’autres projets de l’association. Nous ne sommes pas des entreprises, et pourtant sans argent il n’est pas simple de faire avancer nos projets. »

Le COJEP Saint-Etienne agit sur différents terrains; soutien scolaire, événements culturels, tournoi annuel de football de la fraternité, organisation de voyages thématiques pour sensibiliser les jeunes (par exemple à la citoyenneté), réalisation d’études, de documentaires, de supports, permettant d’établir un dialogue entre les habitants et les acteurs institutionnels et associatifs de leur territoire (par exemple sous formes de rencontres/débats suite à la réalisation et la projection d’un documentaire sur les questions des discriminations dites raciales, cf photos ci-dessous).

Capture2debat cojep 2

IMG_2391 (1)IMG_2374 (1)

Reconnaissez-vous votre action dans les critères énoncés ci-dessous ?
           
      Importance des critères
Critères Oui Non Haut Moyen Bas
Participation  X    X    
Implication  X    X    
Mobilisation  X    X    
Conscientisation  X    X    
Local  X    X    
Spontané  X    X    
Concertation  X    X    
Issu de la société civile  X    X    
Autonomie décisionnelle  X    X    
Processus de décision interne démocratique impliquant les usagers  X    X    
Les acteurs sont les bénéficiaires de l’action  X  X      X
Non lucratif  X       X

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s